Bipolaire et Alors ?

Avec le trouble bipolaire il est important de gérer la qualité et la quantité son sommeil parce que le sommeil est l’un des 3 piliers du bon équilibre avec le TB  Dans de nombreux cas (90%), rétablir la fonction cérébrale grâce à des traitements médicamenteux ne suffit pas à traiter les effets du TB.   Parce que le cerveau est affecté sur une partie de son fonctionnement interne, certe c’est ce qui en fait une maladie mentale référencée dans le DSM 5.  Mais aussi fatigué par le devoir de combler ce manque à gagner par le gaspillage d’énergie vitale. Cela te use et te fatigue alors que c’est évitable

Sommeil, cet automne: Bon à savoir avec le trouble bipolaire

Avec le trouble bipolaire, le sommeil s'améliore à “best saison” de l'automne La synchronisation du sommeil en automne est aussi liée aux rythmes infradiens comme l'hibernation, la migrations des animaux ou les menstruations de la femmes.  Ensuite, la qualité du sommeil durant son activité va dépendre de l’état d’entretien que vous lui accordez. 

 

Avec le trouble bipolaire, le sommeil peut s’améliorer à la “best saison” de l’automne

La synchronisation du sommeil en automne est aussi liée aux rythmes infradiens. Comme l’hibernation, la migrations des animaux ou les menstruations de la femmes.

 Ensuite, la qualité du sommeil durant son activité va dépendre de l’état d’entretien que vous lui accordez. 

Parce que vous remarquerez quand même que dans la journée: vous prenez soin de vous, vous mangez, vous faites des activités, vous soignez votre apparence, etc.

 Alors je vous entends me dire: “mais Myriam la nuit, nous dormons et on n’a rien d’autre à faire que de dormir”. Je suis d’accord, vous ne pouvez pas faire autre chose que dormir. C’est normal.

C’est pour cette raison que je vous propose des outils spécial “dodo” Alors si vous êtes d’accord avec ça! Expliquons d’abord, pratiquons ensuite:

Parlons du sommeil parce qu’on oublie trop souvent pourquoi le sommeil est important quand on a le trouble bipolaire 

Ou comment se simplifier la vie avec des repérages, des expérimentations et des habitudes facilitatrices de bon sommeil.

Effectivement, en général, tu as l’impression qu’il n’y a que des concessions donc pas de possibilité de souplesse: c’est du tout ou rien! 

Avec le trouble bipolaire , ils y en a qui croient que la qualité de sommeil, c’est la roulette russe. Et il y en à d’autres qui vont rechercher des causes. 

 Si c’est c’est votre cas, il est bon aussi de faire le lien avec les croyances limitantes. 

 Mais si tu fais des recherches sur “le pourquoi ?” C’est déjà un bon début. D’ailleurs il y a plein d’informations sur internet que tu peux croiser. Mais où sont les actions qui te font du bien ?

Parfois, il serait intéressant de lister celles que vous pratiquez et celles qui pourraient être améliorer (pleins de conseils dans les outils et vidéos)

D’ abord les causes autres que la perturbation chimique du le trouble bipolaire dans le cerveau déjà traitées par les médicaments et les médecins, en général, dans le sommeil.

Aussi, d’autres facteurs vont entrer en jeu car ils font partie intégrante du fonctionnement de l’organisme : l’alimentation, la température, les sécrétions endocrines (hormones, cellules, liquide, etc) et exocrines (sueur, salive, etc), le stress, etc.

Et bien sûr le sommeil!  Mais le sommeil sert à quoi exactement ? Il sert à :

  • la régénération cellulaire ( remplace la plupart les cellules mortes quand c’est possible )
  • mémoriser l’information et les apprentissages
  • évacuer les déchets du cerveau (c’est vital)
  • remettre à niveau le système immunitaire
  • récupérer physiquement et psychologiquement de la fatigue
  • construit la ramification des connexions synaptiques (plus on en a et mieux l’intellect fonctionne)
  • à faire baisser la température du corps 
  • mettre au repos des fonctions comme la vue, l’ouïe, etc.
  • à ralentir les fonctions vitales et digestives
  • la synchronisation des rythmes du sommeil permet la sécrétion d’hormones indispensables comme le cortisol (régulateur métabolique)
  • la mélatonine: l’hormone du sommeil ou l’hormone de croissance (reproduction cellulaire)
  • etc.

 Classiquement, il peut y avoir des perturbations sans lien avec le trouble bipolaire  comme:

  • l’insomnie à ne pas confondre avec la réduction de sommeil lors d’une crise haute
  • hypersomnolence à ne pas confondre avec l’hypersomnie lors d’une crise de dépression
  • cauchemars,
  • sensation de suffocations nocturnes,
  • somnambulisme, narcolepsie, etc.

 Maintenant en lien avec le trouble bipolaire avec les limites à compléter avec vos médecins.

  • Une réduction du besoin de sommeil. Comme se sentir reposé après seulement 2 à 3 h de sommeil ce qui doit vous laisser penser à une crise de manie ou d’hypomanie.

Néanmoins durant cette réduction de sommeil est un temps de cogitation. Il est occupé par des idées et des pensées foisonnantes ou par une action de bonne intention venant de naître, en général (phase de manie et hypomanie)

  • l’hypersomnie  : trop dormir doit faire vous interpellez à l’idée d’un risque de dépression parce qu’une situation relationnelle ou matérielle est en train de vous pourrir l’existence: nous sommes dans le schéma de l’évitement

Avec le trouble bipolaire il est important de gérer la qualité et la quantité son sommeil parce que le sommeil est l’un des 3 piliers du bon équilibre avec le trouble bipolaire.

 Dans de nombreux cas (90%), rétablir la fonction cérébrale grâce à des traitements médicamenteux ne suffissent pas au long court pour à protéger le sommeil dans sa qualité.

 Parce que le cerveau est affecté sur une partie de son fonctionnement interne, c’est ce qui en fait une maladie mentale référencée dans le DSM 5.

Mais aussi fatigué par le devoir de combler ce manque à gagner par le gaspillage de votre énergie vitale. Cela vous use et fatigue alors que c’est un risque évitable par période de vie.

Donc en l’aidant à améliorer la qualité du sommeil , concrètement c’est vous que vous aidez.

Avec le TB, le cerveau connaît d’autres raisons de dysfonctionnement dans le sommeil: 

  • ce que que vous mangez (alimentation) et vous buvez (attention à la déshydratation! L’eau est ta vitamine de regain d’énergie, (intègres-le à ton hygiène de vie!)
  • sur votre façon d’interagir avec les autres personnes (manque de concentration, d’écoute active (parce que le corps est coupé des sensations donc en partie du reste du monde et de soi), 
  • réactions face aux situations stressantes, etc.(Question de savoir faire )

En général comment fonctionne de votre biologie, si pas intéressé(e), passez ce paragraphe.

Les noyaux suprachiasmatiques sont en quelque sorte le chef d’orchestre de notre organisme. Ils vont donner le rythme à l’ensemble des cellules du corps. 

Ces noyaux suprachiasmatiques sont étroitement liés à d’autres grandes structures dont la glande pinéale sécrétant la mélatonine.

 Néanmoins, l’horloge des rythmes biologiques est dans l’hypothalamus. Elle est remise à jour par la lumière du jour sur 24 heures. Et encore d’autres mécanismes.

 La mélatonine est l’hormone du bonheur sécrétée à la nuit. En fonction de votre période d’humeur, la sécrétion peut se dérégler et donc jouer sur le sommeil.

Vous remarquerez à peu près quand elle est sécrétée car vous commencez à avoir un peu plus froid, à bailler, à sentir que vous êtes un peu plus absent. Ainsi, c’est l’effet de la mélatonine qui commence à faire effet.

En général, la mélatonine est sécrétée la nuit uniquement avec un pic de sécrétion à 5 heures du mati, et sa production s’arrête à l’effet de  la lumière.

Aussi, voici 3 outils à intégrer à son hygiène de vie afin d’utiliser vos ressources pour améliorer la qualité de votre sommeil.

Agenda du sommeil : vous pouvez recopier ce modèle si besoin sur votre cahier et le tenir à jour comme il vous est proposé. Le principe est de posséder des données fiables. Car parfois, on ne se rappelle plus la nuit passée.  Et vous pouvez les comparer, les partager avec vos médecins, etc.

Le but, c’est que preniez conscience de comment vous fonctionnez. Comme vos réactions, vos actions. Aussi de rester en alerte le manque de sommeil ou le risque de fatigue.

Complémentairement, voici 2 tests à faire afin de définir l’amplitude de sa fatigue et reconnaître la qualité de son sommeil en fonction du vécu. Néanmoins un test n’est pas un diagnostic.

Echelle de fatigue de Pichot est utilisée par la médecine en général. Elle propose un début de réponse cohérente dans l’investigation de la problématique du sommeil..

L’échelle de fatigue de Pichot se présente sous forme d’auto-questionnaire organisé en 8 items décrivant à chaque fois des états dans lequel l’individu peut se percevoir.

Questionnaire de Spiegel (R. SPIEGEL) porte sur la qualité du sommeil en 6 questions selon 5 possibilités de 1 à 5 évalue la qualité et la quantité de sommeil de la nuit précédente. Cet outil est fréquemment utilisé dans les études sur le sommeil et s’additionne à d’autres en général.

Objectivement, la fatigue et besoin de sommeil sont deux aspects différents par leur conséquences. Cependant, elles sont intimement liés. 

 En effet, la fatigue est état physiologique qui ne s’efface pas forcément après quelques heures de sommeil. 

 D’autant que la fatigue affaiblit le corps et l’esprit: physiquement, physiologiquement, moralement et psychologique. Ainsi, on estime que cet état pathologique durable fait que la personne se sent pénalisée par rapport à son niveau de forme habituel.

 

Ensuite, renforcez tes technique par 3 vidéos de coaching sur YouTube Bipolaire et Alors ?

1) Trouble Bipolaire et Homéostasie: Le Bien-être : Faire le lien de comment fonctionne la pression homéostatique chez l’insomniaque:

Chez la personne qui subit des insomnies, en dehors d’un épisode, en situation particulière, donc entre les crises maniaque ou dépressive. Comme par exemple:  faire la fête, faire la sieste en journée, etc.

Cela peut faire effondrer la pression homéostasique, ce qui fait que le soir il sera plus difficile de s’endormir. 

Exemple de la pression homéostatique: la fête du samedi soir où l’on se couche tard et on se lève très tard le dimanche vers 13h. Et bien le dimanche soir, c’est beaucoup plus difficile d’aller se coucher.

2) Insomnie et Hypersomnie : à visionner absolument!

Insomnie et hypersomnie aux heures de sommeil avec le trouble bipolaire. 

Il existe 4 types d’insomnies que l’on retrouve généralement dans les phases hors période stable qu’il est bon de savoir détecter par habitude. 

L’important est d’en prendre conscience pour que l’inconscient sache le gérer. 

3) Améliorez la  qualité du Sommeil: les conseils à mettre en pratique!

Améliorer la qualité du Sommeil avec Trouble Bipolaire ou minimiser les effets perturbés du sommeil avec Trouble Bipolaire concerne plus de 80% d’entre nous.

Globalement, le bien-être dépend de l’équilibre de 3 sphères qu’il faut gérer en permanence : le sommeil, le niveau stress et le cycle veille/sommeil : quand ces 3 niveaux sont au Vert : la Vie est fantastique!

4) Expérimentez une séance de Sophrologie : expérimentez!

D’abord, si vous avez besoin que de baisser la vitesse des paroles : n’oubliez pas d’aller dans les paramètres pour baisser la vitesse des paroles.

La sophrologie est une thérapie qui chemine vers l’inconscient entre détente du corps et repos du subconscient.  En pratiquant de 2 fois par semaine, la qualité sur sommeil se régénéré.

Donc plus, la pratiques contribue à repositionner le cycle d’un sommeil naturel. Il correspond aux étapes du sommeil : une technique utilisée par les professionnels du sommeil.

Trouble Bipolaire  et Sophrologie Pour DORMIR

 

Partagez :
Panier
YouTube
YouTube